À la drupa 2016, Mimaki inspire par ses nouvelles encres et ses nouvelles applications

Impression 3D, robotique et lnternet des objets selon Mimaki

Amsterdam, le 24 juin 2016

Mimaki a annoncé ce jour que la drupa 2016 a fait office de vitrine de référence pour la société, qui y a présenté les toutes dernières technologies de l’impression numérique, parmi lesquelles de nouvelles encres, imprimantes et applications. La société a aussi présenté sa vision de l’Internet des objets, qui génère une plate-forme de production interconnectée complète, comprenant des imprimantes Mimaki, des robots industriels, des dispositifs d’inspection et un système de commande de production permettant de gérer ces outils. Mimaki a aussi été récompensée par trois prestigieux trophées :EDP Awards:

  • La Mimaki UJV55-320 a été élue meilleure imprimante bobine-bobine grand format jusqu’à 320 cm ;
  • la Mimaki UJF-7151plus s’est vu décerner le prix de la meilleure imprimante pour objets spéciaux ; et
  • la Mimaki TX300P a reçu le trophée de la meilleure imprimante textile bobine-bobine, jusqu’à 100 m2/h.

IMG-20160609-WA0004« Nous venons de vivre à bien des égards l’un de nos salons les plus réussis », explique Mike Horsten, General Manager Marketing EMEA, Mimaki. « Notre stand de 295 m2 faisait le plein chaque jour. Nous avons accueilli des visiteurs avides d’en apprendre davantage sur les opportunités de croissance qu’offrent les solutions Mimaki… et d’humeur à acheter. Nous avons hâte de poursuivre ces discussions avec nos clients et prospects après le salon, en continuant à leur proposer des stratégies commerciales qui les aident à « appréhender l’avenir ».

Les innovations en matière d’encres
Mimaki à la drupa a présenté son encre invisible pour applications de sécurité, uniquement visible sous un éclairage UV. Celle-ci peut aussi être utilisée pour des applications commerciales sur des papiers peints, des tables et autres éléments d’intérieur destinés à générer une atmosphère surnaturelle dans des conditions d’éclairage spéciales. Une autre utilisation commerciale possible concerne l’impression sur des bouteilles de bière, qui vont venir « illuminer » l’expérience de la boîte de nuit.

Mimaki a également présenté ses nouvelles encres UV LUS-900 et LUS-350 pour applications de thermoformage. Ces encres, une fois chauffées, sont étirables jusqu’à 900 % et 350 % respectivement, et autorisent donc la décoration numérique de pièces thermoformées qui pouvait jusqu’à présent uniquement se faire par sérigraphie, procédé coûteux et qui prend du temps.

L’Internet des Objets selon Mimaki
À la drupa 2016, les visiteurs du stand Mimaki ont aussi découvert la vision Mimaki de l’Internet des Objets (IdO), qui privilégie une chaîne globale d’approvisionnement en production. « Nous élaborons une architecture de système qui garantit la connectivité de la planification et du prépresse au post-presse, en passant par la production », explique Mike Horsten. « Ce système va multiplier les opérations automatisées, sans personnel, et faciliter de ce fait une production sans interruption. Aussi, si la ligne de production est à l’arrêt à un endroit, ce système de production automatisé cherchera un autre site, et lui transmettra toutes les informations pertinentes pour garantir le respect des délais.

Un autre élément clé de cette infrastructure sera la possibilité pour Mimaki de procurer une assistance et d’effectuer la maintenance des imprimantes Mimaki à distance, partout dans le monde donc, y compris proposer des activités de service proactives et préventives. » La société a montré les premiers éléments de cette approche de l’Internet des Objets via une UJF-7151plus, équipée d’un bras robotisé et formant la première étape vers un système ouvert.

Une nouvelle dimension
Mimaki-3D-printed-hand-modelMimaki a également dévoilé des échantillons produits par une imprimante conceptuelle 3D spécifiquement conçue pour les marchés de la signalétique et de l’affichage, ou des produits industriels. Mike Horsten explique : « Il s’agit d’une méthode jet d’encre UV polychrome pour impression 3D haute définition, et sur le salon, elle a su capter l’attention. Les visiteurs étaient particulièrement enthousiastes à l’idée de pouvoir combiner des objets 3D réalistes avec des surfaces 2D pour des applications qui vont révolutionner le marché des produits graphiques pour signalétique et affichage, en portant la signalétique à un niveau jusqu’alors inconnu. » Un de ces échantillons a particulièrement retenu l’attention. Il s’agit d’une main flexible imprimée en 3D qui semble réellement vivante, et pourrait être utilisée à différentes fins dans le domaine médical.

Printed-wine-bottles-at-the-Mimaki-boothSur le salon, Mimaki a aussi imprimé directement sur des bouteilles de vin, alliant images haute qualité et vins de qualité supérieure grâce à la fonction Kebab destinée à l’impression sur des objets cylindriques. « Nous espérons que les visiteurs qui sont repartis avec ces bouteilles goûteront le vin et y puiseront toute l’inspiration nécessaire pour créer leurs propres opportunités d’impression numérique sur objets cylindriques », commente Mike Horsten.

Tout est affaire d’applications
« Nous souhaitions aussi montrer aux visiteurs de notre stand que nous ne sommes pas là juste pour vendre des machines et que notre mission est beaucoup plus vaste ! », conclut Mike Horsten. « C’est pourquoi nous proposions aux visiteurs le Mimaki Design Book (livre du design Mimaki), ouvrage créé en collaboration avec le magazine allemand Large Format. Véritable source d’inspiration, il comporte des exemples portant sur une grande variété d’applications créées par des clients de Mimaki du monde entier, ou par l’entreprise elle-même. Ceux-ci vont des posters et de la signalétique industrielle aux points de vente, à la décoration intérieure et aux habillages de véhicules. Notre ambition est d’inspirer nos clients en leur montrant qu’avec Mimaki, les opportunités de création sont infinies. » Sans compter que cet ouvrage est pour nous l’occasion de remercier nos clients et d’honorer leur créativité au fil des années.